vous lisez actuellement
Vanuatu

RECETTES


Louisiana Gombos

Gombos
Préparation :      
Difficulté :

INGREDIENTS

  • 350 grammes de gombos auxquelles vous aurez retiré les extrémités
  • 30 g de farine
  • 3tomates épépinées et coupées en petits cubes
  • 250 ml de bouillon de poulet OU 400 ml de lait de coco et 250 ml d’eau
  • 3 cuillères à soupe d’huile de tournesol
  • 1 oignon haché finement
  • 2 branches de céleri hachées finement
  • 1 piment vert finement haché
  • 1 poivron vert haché
  • 2 gousses d’ail finement hachées
  • 1 feuille de laurier
  • sel et poivre
  • 1/4 de cuillère à café d’origan séché
  • 1/4 de cuillère à café de thym séché
  • du riz blanc
  • 60 g de saucisse de Morteau ou de chorizo
  • si vous souhaitez : des blancs de poulet découpés en dés et des crevettes décortiquées et éveinées

Je ne connaissais pas le gombo avant d’emménager dans le aPcifique sud, puis je l’ai retrouvé en Afrique. C’est un drôle de petit légume qui ne donne pas très envie au premier regard, notamment car il est poilu! Mais avec cette recette du sud des Etats-Unis, vous changerez probablement d’avis!

A la base, le plat qui a donné son nom au légume est une soupe populaire de la Louisiane. Il est composé d’un bouillon, d’une viande ou d’un crustacé fortement aromatisé, d’un épaississant et de ce que les Louisianais appellent la “Sainte Trinité” : le céleri, les poivrons et les oignons.

Le gombo est normalement épaissi avec des feuilles de sassafras séchées et moulues.
Le gumbo créole contient généralement des crustacés, des tomates et un roux foncé. Le gumbo cajun est, quant à lui, généralement basé sur un roux foncé et est fait avec des crustacés ou de la volaille. On ajoute souvent de la saucisse.

Une fois la base préparée, les légumes sont cuits, puis on ajoute de la viande. Le plat mijote pendant au moins trois heures, les crustacés et quelques épices étant ajoutés vers la fin.

See Also
salade tahitienne
  • Commencez par réaliser l’épaississant en faisant chauffer une poêle à feu moyen. Ajoutez-y la farine et faites cuire, en remuant constamment à l’aide d’une cuillère en bois, jusqu’à ce que la farine prenne une couleur dorée intense, soit pendant 7 à 10 minutes. Réduisez le feu si la farine semble brunir trop rapidement.
  • Déposez la farine dans une assiette et laissez refroidir.
  • Puis, faites chauffer l’huile dans une grande casserole ou une cocotte. Ajoutez-y l’oignon, le poivron, le céleri et l’ail ; faire revenir jusqu’à ce que les oignons soient légèrement dorés. Ajoutez la farine grillée en remuant.
  • Incorporez progressivement le bouillon de poulet ou le lait de coco et l’eau (c’est la version plutôt créole) et porter à ébullition en remuant.
  • Ajoutez les tomates, le gombo, le poivre, le thym, l’origan, le piment et la feuille de laurier.
  • Si vous le souhaitez, ajoutez les crevettes, le poulet et/ou le chorizo. Faites cuire jusqu’à ce que les crevettes soient opaques et le poulet ne soit plus rose.
  • Couvrez et faites cuire pendant 15 minutes.
  • Servez avec du riz et du pain de mais.

Enjoy!

Je ne vous ai pas raconté la fois où…. j’ai failli me faire arrêter au Kremlin !

     

ANECDOTE

Pendant plusieurs années, j’ai adoré voyager seule, en particulier entre la Russie, la Mongolie et la Chine.

Un beau matin, j’avais décidé d’aller voir la place rouge à Moscou. Alors que j’admirais une charmante église en bois dans les rues alentours, deux mamies m’ont interpellée : « est ce que tu sais au moins ce que tu regardes, Mademoiselle ? »

Comme je voyage toujours sans guide de poche (c’est un principe auquel je tiens), je n’avais aucune information sur l’église, c’est à peine si je savais où j’étais !

Voyant mon air certainement très ahuri, chacune m’a prise sous son bras et elles ont commencé à me montrer toutes les merveilles de la place rouge, en mimant les batailles historiques, en sautant partout, pleines d’entrain !

Je suivais, émerveillée, quand soudain, pour mieux me conter l’Histoire, une des mamies est passée sous un cordon de sécurité dans le jardin du Kremlin. Aussitôt, un garde en tenue est venu la prendre par le bras et lui intimer l’ordre de partir. Ne se laissant pas démonter, la grand-mère a détaché son bras et a commencé à monter le ton, expliquant qu’elle ne faisait que raconter l’histoire de la grande Russie et que ce palais était celui du peuple russe ! Un court instant, j’ai eu peur d’être envoyée croupir dans une prison !

Une fois éloignées, les mamies m’ont raccompagnée au métro le plus proche et m’ont invitée à passer l’été dans leur datcha ! L’âme russe, envoûtante, explosive, douce et attachante dans toute sa splendeur !

.

See Also

Petits pains sucrés – Devonshire scones

scones
Préparation :      

Recette de Béatrice B.

Je suis professeur d’anglais et durant ma formation, j’ai passé un an dans le Devonshire, au sud de l’Angleterre.

Jean-Charles, qui à l’époque n’était pas encore mon mari, n’est pas un grand fan de l’Angleterre. Mais j’ai quand même réussi à lui faire traverser la Manche plusieurs fois et je suis certaine que mes petits scones n’y sont pas pour rien ! (en plus de son immense amour pour moi, bien entendu !)

Goûtez-les, vous m’en direz des nouvelles !

Les scones sont des petits pains sucrés d’origine écossaise. On les déguste principalement à l’heure du thé, mais ils sont délicieux également au petit-déjeuner.

INGREDIENTS

  • 225 grammes de farine
  • 50 grammes de beurre mou
  • 1 oeuf
  • 75 ml de lait
  • 25 grammes de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel
  • 1 sachet de levure

Mélangez la farine et le sel, ajoutez le beurre coupé en petits morceaux.

Pétrissez bien puis ajoutez le sucre.

Incorporez l’œuf et ajouter le lait petit à petit pour obtenir une pâte homogène.

Etalez la pâte sur une surface farinée pour obtenir une épaisseur de 2.5cm environ.

Découpez la pâte en ronds de 6cm de diamètre environ.

Posez les scones sur une plaque préalablement graissée et farinée.

See Also
salade tahitienne

Enfournez pendant 10 à 12 mn.

Les scones sont prêts lorsqu’ils sont légèrement dorés.

Sortez-les du four et posez-les sur une grille pour qu’ils refroidissent.

Vous pouvez les couvrir d’un linge (torchon ou serviette) afin de les rendre plus moelleux.

Il n’y a plus qu’à les déguster, coupés en deux avec un peu de « Devonshire cream » et de confiture de fraises ou de beurre et de confiture…au choix ! 

Enjoy your meal!

Je ne vous ai pas raconté la fois où…. j’ai pris un avion-taxi!

     

Mallicolo, une île verte posée au milieu de l’immense océan. Un rêve qui devenait réalité.

Nous avons passé quelques jours dans la tribu des Small Nambas, qui, lors de leurs cérémonies, se parent de plumes de poules et de dents de cochons sauvages.

Le jour du départ, nous avons quitté la forêt pour nous rendre au petit aérodrome de l’île afin de repartir vers la capitale, Port-Vila. En voyant un avion sur la petite piste de terre, nous nous sommes dirigés vers le steward pour lui donner nos valises.

« Ah mais c’est l’avion pour Santo ! Celui pour Port-Vila arrive bientôt. »

Nous nous sommes donc écartés et j’ai commencé à filmer ce petit aéroport pittoresque. L’avion s’est mis à décoller et je filmais toujours. Une fois l’avion en l’air, j’entends mon mari me dire : « Alix.. regarde autour de toi… »

Je me suis retournée et là, j’ai réalisé que nous étions les seuls voyageurs, avec une famille blanche, 2 enfants, les grands-parents et une femme enceinte, au beau milieu de nulle part.

Je me suis précipitée vers le dernier Ni-Vanuatais qui restait et là, tout étonné, il me dit : « bien sûr que c’était l’avion pour Port-Vila ! Vous voilà obligés d’attendre le prochain. »

-« Quand est le prochain ? » ai-je demandé, inquiète.

-« Dans 5 jours », m’ a-t-il répondu calmement.

Mon mari s’est décomposé. Il avait un rendez-vous très important à Nouméa 2 jours plus tard. La femme enceinte s’est mise à pleurer.

Voyant notre désarroi, le Ni-Vanuatais a décidé de nous aider. Et la première étape consistait à nous protéger du soleil brûlant. Il nous a donc installés sous un grand banian puis il est parti.

Nous étions assoiffés et nous n’attendions qu’une chose : boire de l’eau bien fraîche !

Nous avons patiemment attendu, persuadés qu’il allait revenir avec des bouteilles d’eau. Quelle ne fut pas notre surprise quand nous l’avons vu s’approcher avec une passoire dans les mains ! Elle était remplie de frites !

See Also

C’était tellement gentil que nous avons mangé de bon cœur.

Nous avons ensuite réussi à joindre la compagnie aérienne pour lui expliquer la situation. Ils ont répondu qu’ils ne pouvaient rien faire, mais nous ont transmis les coordonnées d’un air taxi.

Ce dernier nous a répondu qu’il ne pouvait pas envoyer son pilote, car il avait bu ! (J’ai été heureuse de son honnêteté !)

Enfin, un deuxième air taxi a accepté de venir nous chercher si nous payions cash à l’arrivée du pilote. Nous avons menti en disant que nous avions la somme sur nous.

Après un long temps d’attente, un petit coucou pas si bien entretenu que ça est apparu dans le ciel puis s’est posé sur la piste. Le pilote était américain et il a accepté que nous payions à l’arrivée.

Nous avons survolé les eaux limpides du Pacifique sud, ses lagons et ses atolls et bientôt Port Vila fut en vue. Le pilote a été assez gentil de prévenir la tour de contrôle que mon mari devait prendre le prochain vol pour Nouméa. Il a eu à peine le temps de se poser que bientôt me mari courait sur le tarmac pour passer d’un avion à l’autre, tandis que j’allais retirer l’argent au distributeur de l’aéroport !

Salade de fraises et de mangues

Préparation :      

Ma maman a habité au Burundi quelques années. Ce qu’elle en a rapporté de meilleur, c’est la salade de fraises et de mangues. Mon frère et moi adorions en lécher le sirop sur nos assiettes ! Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, j’utilise des mangues locales et des fraises du Burkina Faso. En France, vous dégusterez plutôt les fraises de Plougastel mais avec les mangues de Côte d’Ivoire! Un régal!

INGREDIENTS

  • des mangues bien mûres
  • des fraises
  • du jus de citron vert
  • de la cassonade
  • Epluchez et découpez les mangues et les fraises.
  • Arrosez les de jus de citron vert et ajoutez de la cassonade.
  • Mettez au frais quelques temps, afin qu’un sirop se forme au fond.
  • Servez et préparez vous à lécher vos assiettes!

Bélize

     

A moins que vous ne soyez Américain, plongeur ou archéologue, il y a peu de chances que vous sachiez où se situe le Bélize !

Il s’agit d’un petit pays d’Amérique centrale enclavé entre le Honduras et le Nicaragua. Sur terre, on peut visiter des temples mayas tapis au fond de la forêt ; sous l’eau, on peut observer une des plus grandes barrières de corail au monde.

Ce pays est riche d’une très grande biodiversité. Malheureusement, il est aussi très pauvre culinairement.


RECETTES


Poulet épicé au riz et aux haricots rouges

Préparation :      
Cuisson :

Il y a un plat principal, que l’on mange midi et soir, où que l’on soit. Vous le trouverez dans presque tous les restaurants et certainement dans tous les snacks.

Il est très bon s’il est bien préparé. Ce fut l’occasion de comparer les cuisiniers et cuisinières !

INGREDIENTS

Pour le Poulet

  • 500-600 grammes de très bon poulet (bio qui a pu courir dans les champs), découpés en morceaux
  • 1 tomate bien mûre
  • Un peu de cassonade
  • 1 gousse d’ail
  • 2 petits piments doux finement découpés
  • 1 oignon découpé en morceaux
  • ¼ de cuillère à café de cumin en poudre
  • 1 cuillère à soupe de thym
  • Un tout petit morceau de gingembre
  • Le jus d’ ½ citron vert
  • Du sel et du poivre
  • De la coriandre
  • ½ tasse d’eau
  • ½ cuillère à café de recado que vous pouvez préparer ainsi.

Pour le Recado

  • 2 cuillères à soupe de graines d’annato : vous pouvez les remplacer par du curcuma, du safran ou un mélange de paprika et de curcuma.
  • 1/2 tasse d’eau chaude
  • 5 gousses d’ail et ½ oignon, coupé grossièrement, que vous aurez fait griller à la poêle avec un peu d’huile
  • 1 cuillère à soupe d’origan séché
  • 1 cuillère à café de piment
  • 1 ½ cuillère à café de poivre
  • ½ tasse de chili en poudre
  • 1 cuillère à soupe de sel
  • ¼ de tasse de vinaigre de cidre
  • 1 tasse de jus d’orange, fraîchement pressé si vous le pouvez

Pour le Riz aux haricots

  • 500 grammes d’haricots rouges en boite ou d’haricots secs que vous aurez mis à tremper pendant 4 à 6h au moins.
  • 800 grammes de riz
  • 200 grammes de lait de coco
  • 20 cl d’eau
  • 1 oignon finement découpé
  • 2 gousses d’ail écrasées
  • ½ cuillère à café de thym
  • Du sel et du poivre

See Also
Gombos
  • Faites mariner le poulet dans le jus de citron vert avec le recado, le sel, le poivre, le thym, le cumin et la coriandre.
  • Dans une grande poêle, chauffez 2 cuillères à soupe d’huile. Ajoutez-y la cassonade et remuez jusqu’à ce que le sucre ait complètement fondu.
  • Ajoutez une gousse d’ail que vous aurez préalablement écrasée et hachée finement. Ajoutez le gingembre, faites-le dorer et retirez-le lorsqu’il est brun.
  • Ajoutez le poulet et dorez-le de tous les côtés.
  • Ajoutez la tomate découpée en morceaux, les piments finement découpés et une demi-tasse d’eau.
  • Mettez à mijoter sur feu moyen et recouvrez.  Ajoutez régulièrement de l’eau.
  • Cuisez environ 1 heure jusqu’à ce que le poulet soit très tendre.
  • En parallèle, dans une grande casserole d’eau bouillante, faites cuire les haricots pendant une heure au moins.
  • Ajoutez l’ail, l’oignon, le poivre noir, le thym, le sel et le lait de coco.
  • Faites cuire pendant quelques minutes puis versez le riz.
  • Couvrez.
  • Ajoutez régulièrement de l’eau et poursuivez la cuisson jusqu’à ce que le riz soit cuit.

Enjoy your meal !

Poulet épicé au riz et aux haricots rouges

Préparation :      
Cuisson :


Il y a un plat principal, que l’on mange midi et soir, où que l’on soit. Vous le trouverez dans presque tous les restaurants et certainement dans tous les snacks.

Il est très bon s’il est bien préparé. Ce fut l’occasion de comparer les cuisiniers et cuisinières !

INGREDIENTS

Pour le Poulet

  • 500-600 grammes de très bon poulet (bio qui a pu courir dans les champs), découpés en morceaux
  • 1 tomate bien mûre
  • Un peu de cassonade
  • 1 gousse d’ail
  • 2 petits piments doux finement découpés
  • 1 oignon découpé en morceaux
  • ¼ de cuillère à café de cumin en poudre
  • 1 cuillère à soupe de thym
  • Un tout petit morceau de gingembre
  • Le jus d’ ½ citron vert
  • Du sel et du poivre
  • De la coriandre
  • ½ tasse d’eau
  • ½ cuillère à café de recado que vous pouvez préparer ainsi.

Pour le Recado

  • 2 cuillères à soupe de graines d’annato : vous pouvez les remplacer par du curcuma, du safran ou un mélange de paprika et de curcuma.
  • 1/2 tasse d’eau chaude
  • 5 gousses d’ail et ½ oignon, coupé grossièrement, que vous aurez fait griller à la poêle avec un peu d’huile
  • 1 cuillère à soupe d’origan séché
  • 1 cuillère à café de piment
  • 1 ½ cuillère à café de poivre
  • ½ tasse de chili en poudre
  • 1 cuillère à soupe de sel
  • ¼ de tasse de vinaigre de cidre
  • 1 tasse de jus d’orange, fraîchement pressé si vous le pouvez
See Also

salade tahitienne

Pour le Riz aux haricots

  • 500 grammes d’haricots rouges en boite ou d’haricots secs que vous aurez mis à tremper pendant 4 à 6h au moins.
  • 800 grammes de riz
  • 200 grammes de lait de coco
  • 20 cl d’eau
  • 1 oignon finement découpé
  • 2 gousses d’ail écrasées
  • ½ cuillère à café de thym
  • Du sel et du poivre
  • Faites mariner le poulet dans le jus de citron vert avec le recado, le sel, le poivre, le thym, le cumin et la coriandre.
  • Dans une grande poêle, chauffez 2 cuillères à soupe d’huile. Ajoutez-y la cassonade et remuez jusqu’à ce que le sucre ait complètement fondu.
  • Ajoutez une gousse d’ail que vous aurez préalablement écrasée et hachée finement. Ajoutez le gingembre, faites-le dorer et retirez-le lorsqu’il est brun.
  • Ajoutez le poulet et dorez-le de tous les côtés.
  • Ajoutez la tomate découpée en morceaux, les piments finement découpés et une demi-tasse d’eau.
  • Mettez à mijoter sur feu moyen et recouvrez.  Ajoutez régulièrement de l’eau.
  • Cuisez environ 1 heure jusqu’à ce que le poulet soit très tendre.
  • En parallèle, dans une grande casserole d’eau bouillante, faites cuire les haricots pendant une heure au moins.
  • Ajoutez l’ail, l’oignon, le poivre noir, le thym, le sel et le lait de coco.
  • Faites cuire pendant quelques minutes puis versez le riz.
  • Couvrez.
  • Ajoutez régulièrement de l’eau et poursuivez la cuisson jusqu’à ce que le riz soit cuit.

Enjoy your meal !

Tonga

     

RECETTES


Milkshake pastèque coco

Préparation :      

J’ai eu la chance de goûter cette boisson en me promenant dans les rues de la capitale tongienne : Nuku’Alofa. J’ai pour principe de ne jamais manger dans des gargottes locales et cette règle m’a permis de ne jamais tomber malade en voyage. Cette fois-ci, je ne sais pas pourquoi j’ai fait une exception. Le cuisinier m’a souri à travers la fenêtre entr’ouverte et j’ai pu voir la cuisine. Il préparait les plats au fur et à mesure. Je lui ai rendu son sourire et je lui ai demandé quel était le plat du jour. « De la tortue ! » a t -il répondu en dévoilant ses dents blanches. De la tortue ! Il s’agit là d’un animal protégé. Pendant des siècles, sa chair qui est une des plus riches du règne animal, en a fait un plat de choix pour les océaniens. Poussée par la curiosité et me disant que je ne pourrai jamais plus faire cette expérience culinaire, je me suis assise. Il m’a servi mon plat accompagné d’un grand verre de milkshake rose. « Pastèque coco ! » m’a-t-il annoncé fièrement. Je dois avouer que j’ai préféré la boisson. Je vous rapporte la recette telle que je m’en rappelle.

INGREDIENTS

  • Une petite pastèque
  • De la noix de coco râpée
  • Du lait de coco
  • Du sucre roux
  • Egrainez et découpez une belle pastèque.
  • Dans un mixer, mélangez les morceaux de fruit avec du lait de coco, de la noix de coco râpée et du sucre roux.
  • Servez dans des grands verres avec des glaçons ou de la glace pilée.
    C’est tout ! Rafraichissant et bon pour la santé !
    Ma‘u ā ho‘o me‘atokoní !

Milkshake pastèque coco

Préparation :      

J’ai eu la chance de goûter cette boisson en me promenant dans les rues de la capitale tongienne : Nuku’Alofa. J’ai pour principe de ne jamais manger dans des gargottes locales et cette règle m’a permis de ne jamais tomber malade en voyage. Cette fois-ci, je ne sais pas pourquoi j’ai fait une exception. Le cuisinier m’a souri à travers la fenêtre entr’ouverte et j’ai pu voir la cuisine. Il préparait les plats au fur et à mesure. Je lui ai rendu son sourire et je lui ai demandé quel était le plat du jour. « De la tortue ! » a t -il répondu en dévoilant ses dents blanches. De la tortue ! Il s’agit là d’un animal protégé. Pendant des siècles, sa chair qui est une des plus riches du règne animal, en a fait un plat de choix pour les océaniens. Poussée par la curiosité et me disant que je ne pourrai jamais plus faire cette expérience culinaire, je me suis assise. Il m’a servi mon plat accompagné d’un grand verre de milkshake rose. « Pastèque coco ! » m’a-t-il annoncé fièrement. Je dois avouer que j’ai préféré la boisson. Je vous rapporte la recette telle que je m’en rappelle.

INGREDIENTS

  • Une petite pastèque
  • De la noix de coco râpée
  • Du lait de coco
  • Du sucre roux
  • Egrainez et découpez une belle pastèque.
  • Dans un mixer, mélangez les morceaux de fruit avec du lait de coco, de la noix de coco râpée et du sucre roux.
  • Servez dans des grands verres avec des glaçons ou de la glace pilée.
    C’est tout ! Rafraichissant et bon pour la santé !
    Ma‘u ā ho‘o me‘atokoní !

Tahiti

     

RECETTES


Flan à la papaye – Po’é

Préparation :      
Cuisson :

Le po’é est une sorte de flan aux fruits et au lait de coco, assez sucré. Les tahitiens le dégustent également en accompagnement avec les viandes.
Vous pouvez également réaliser ce plat avec des bananes ou des citrouilles, plutôt que des papayes.

INGREDIENTS

  • 1 grosse papaye bien mûre
  • 2 cuillères à soupe de sucre roux
  • 1 gousse de vanille (si vous n’en trouvez pas ou que c’est trop cher, vous pouvez la remplacer par un sachet de sucre vanillé)
  • 25 cl de lait de coco
  • la moitié d’un verre rempli de fécule de manioc (on peut en trouver dans les épiceries africaines, voire dans certains supermarchés. On peut éventuellement le remplacer par de la maïzena). L’idée de base est d’avoir 2 bols de fruits pour chaque bol de fécule.
  • Préchauffez votre four à 200°C.
  • Epluchez, égrainez et découpez les papayes en petits morceaux.
  • Faites-les cuire dans une casserole remplie d’eau pendant une dizaine de minutes.
  • Mixez le tout pour obtenir une purée de fruit.
  • Mélangez les papayes, le fécule de manioc, le sucre et la vanille.
  • Versez le tout dans un plat allant au four que vous aurez préalablement huilé et faites cuire une trentaine de minutes.
  • Lorsque le po’é est cuit (on vérifie avec un couteau, s’il revient sans rien dessus, c’est que c’est cuit !), laissez-le un peu refroidir, puis arrosez de lait de coco et saupoudrez de sucre.
    Je ne pense pas qu’il en restera !
    Tama’a maita’i !

Salade tahitienne

salade tahitienne
Préparation :      

Cette délicieuse recette est très fraiche et elle est très agréable à déguster en été.
Elle se sert généralement avec du riz blanc que vous ferez cuire pendant la préparation. Le plus difficile sera de trouver du poisson frais !

J’ai mangé ma meilleure salade tahitienne dans un snack au bord de l’eau sur l’île de Fakarava. Quand j’ai demandé au restaurateur pourquoi sa salade était bien meilleure que la mienne, il a souri et il m’a répondu dans son bel accent polynésien, en roulant les ‘r’ : « le secret, c’est le sel ! Il faut commencer par faire mariner le thon dans le sel et l’huile de tournesol. »
Suivez donc ce bon conseil !

Tahiti
Tahiti

INGREDIENTS

  • De belles tranches de thon frais (jaune, rouge ou blanc, comme vous souhaitez ou comme vous trouverez dans votre poissonnerie ). Je compte généralement 500 grammes.
  • 4 citrons verts
  • 2 belles carottes
  • 1 beau concombre
  • ½ oignon (j’aime le prendre rouge car je trouve que ça rajoute de la couleur et du goût)
  • 400 ml de lait de coco (vendu en grosse boite de conserve)
  • Du sel
  • Tout d’abord, coupez votre thon en morceaux carrés et mettez-le dans un récipient.
  • Versez ensuite dessus le jus de citron. Vous verrez le citron ‘cuire’ le poisson. Celui-ci va passer d’un beau rose à du blanc.
  • Pendant ce temps, épluchez les carottes, le concombre. Vous pouvez soit en faire une julienne (des petits morceaux carrés) si vous aimez le craquant, soit les râper.
  • Coupez l’oignon en petits carrés.
  • Retirez l’excédent de citron du thon.
  • Mélangez le poisson, les légumes et le lait de coco.
    Régalez-vous !
    Tama’a maita’i 

Commenter (289)

laisser un commentaire

votre adresse email ne sera pas publiée.

© 2019 MERIS All Rights Reserved. |  Politique de confidentialité | Mentions légales

Scroll To Top